Recherchez votre prochaine formation
  • imprimer
  • Envoyer un mail

Diplôme d'Etat d'infirmier

Contenu de la formation

La formation théorique

Le référentiel de formation propose des unités d’enseignement (UE) de quatre types :

  • Des unités d’enseignement dont les savoirs sont dits « contributifs » aux savoirs infirmiers
  • Des unités d’enseignement de savoirs constitutifs des compétences infirmières
  • Des unités d’intégration des différents savoirs et leur mobilisation en situation
  • Des unités de méthodologie et de savoirs transversaux.

Elles couvrent six champs qui sont les grandes familles d’enseignement :

  • Sciences humaines, sociales et droit
  • Sciences biologiques et médicales
  • Sciences et techniques infirmières, fondements et méthodes
  • Sciences et techniques infirmières, interventions
  • Intégration des savoirs et posture professionnelle infirmière
  • Méthodes de travail.

Les objectifs pédagogiques, les contenus et les modalités d’évaluation sont décrits dans les fiches pédagogiques de chacune des UE. Ces documents sont mis à la disposition des étudiants.

Le référentiel de formation du diplôme d’Etat d’infirmier est ainsi constitué de 36 matières de formation réparties dans 59 unités d’enseignement pour permettre une progression pédagogique cohérente.

La formation clinique en stage

Le stage doit permettre aux étudiants :

  • D’acquérir des connaissances
  • D’acquérir une posture réflexive, en questionnant la pratique avec l’aide des professionnels
  • D’exercer leur jugement et leurs habiletés gestuelles
  • De centrer leur écoute sur la personne soignée et proposer des soins de qualité
  • De prendre progressivement des initiatives et des responsabilités
  • De reconnaître leurs émotions et les utiliser avec la distance professionnelle qui s’impose
  • De prendre la distance nécessaire et de canaliser leurs émotions et leurs inquiétudes
  • De mesurer leurs acquisitions dans chacune des compétences
  • De confronter leurs idées, leurs opinions, et leurs manières de faire à celle de professionnels et d’autres étudiants.

Quatre types de stages sont prévus, ils sont représentatifs de «familles de situations», c'est-à-dire des lieux où l’étudiant rencontre des spécificités dans la prise en soins :

  • Soins de courte durée : l’étudiant s’adresse à des personnes atteintes de pathologies et hospitalisées dans des établissements publics ou privés

  • Soins en santé mentale et en psychiatrie : l’étudiant s’adresse à des personnes hospitalisées ou non, suivies pour des problèmes de santé mentale ou de psychiatrie

  • Soins de longue durée et soins de suite et de réadaptation : l’étudiant s’adresse à des personnes qui requièrent des soins continus dans le cadre d’un traitement ou d’une surveillance médicale, en établissement dans un but de réinsertion, ou une surveillance constante et des soins en hébergement

  • Soins individuels ou collectifs sur des lieux de vie: l’étudiant s’adresse à des personnes ou des groupes qui se trouvent dans des lieux de vie (domicile, travail, école,…).

L’étudiant construit ses compétences en agissant avec les professionnels et en inscrivant dans son portfolio les éléments d’analyse de ses activités, ce qui l’aide à mesurer sa progression.

Le portfolio de l’étudiant est un outil qui sert à mesurer la progression de l’étudiant en stage. Il est centré sur l’acquisition des compétences, des activités et des actes infirmiers.

Il comporte plusieurs parties remplies lors de chaque stage :

  • Des éléments sur le cursus de formation de l’étudiant, écrits par celui-ci avant son arrivée en stage

  • Des éléments d’analyse de la pratique de l’étudiant à partir des activités réalisées en stage, rédigés par l’étudiant
  • Des éléments d’acquisition des compétences au regard des critères cités qui sont remplis par le tuteur, en concertation avec l’équipe d’encadrement, lors de l’entretien d’évaluation du stage. Les indicateurs permettent aux professionnels d’argumenter les éléments sur lesquels les étudiants doivent progresser

  • Des éléments sur la réalisation des actes, des activités ou des techniques de soins, à remplir par le tuteur, en concertation avec l’équipe d’encadrement et l’étudiant, pendant le stage

  • Un bilan, réalisé par le tuteur, de la progression de l’étudiant lors de chacun des stages.

Les stages ont une durée de 60 semaines, soit 2100 heures pour les trois ans (sur la base de 35 heures/semaine) :

  • Durée des stages pour la première année :

15 semaines, soit 5 semaines en S1, et 10 semaines en S2

  • Durée des stages pour la deuxième année :

20 semaines, soit 10 semaines en S3 et 10 semaines en S4

  • Durée des stages pour la troisième année :

25 semaines, soit 10 semaines en S5 et 15 semaines en S6

Chaque étudiant est placé sous la responsabilité d’un maître de stage, d’un tuteur de stage et d’un professionnel de proximité au quotidien.

Ces trois fonctions peuvent être exercées par la même personne pour des raisons d’organisation ou dans le cas d’équipes d’encadrement restreintes.

Ainsi, toujours placé sous la responsabilité d’un professionnel, l’étudiant acquiert progressivement une façon de plus en plus autonome d’exercer son futur métier.

Ce mode d’organisation ne modifie en rien la hiérarchie dans les établissements et des lieux d’encadrement. La direction des soins demeure responsable de l’encadrement des étudiants en stage et, est garante de la charte d’encadrement.

Les lieux de stage sont choisis en fonction des ressources qu’ils peuvent offrir aux étudiants. Ils accueillent un ou plusieurs étudiants.

Un stage est reconnu « qualifiant » lorsque le maître de stage se porte garant de la mise à disposition des ressources, notamment la présence de professionnels qualifiés et des activités permettant un réel apprentissage.

En outre, les critères de qualification d’un stage sont :

  • L’établissement d’une charte d’encadrement

La charte d’encadrement est établie entre l’établissement d’accueil et les IFSI partenaires. Elle est portée à la connaissance des étudiants. Elle formalise les engagements des deux parties dans l’encadrement des étudiants.

  • L’établissement d’un livret d’accueil et d’encadrement

La charte est complétée par un livret d’accueil spécifique à chaque lieu de stage, celui-ci comporte notamment :

- Les éléments d’information nécessaire à la compréhension du fonctionnement du lieu de stage (type de service ou d’unité, population soignée, pathologies traitées, etc.)

- Les situations les plus fréquentes devant lesquelles l’étudiant pourra se trouver

- Les actes et activités qui lui seront proposés

- Les éléments de compétences plus spécifiques qu’il pourra acquérir

- La liste des ressources offertes à l’étudiant dans le stage

- Les modalités d’encadrement : conditions de l’accueil individualisé de l’étudiant, établissement d’un tutorat nominatif, prévision d’entretiens à mi-parcours, prévision des entretiens d’évaluation

- Les règles d’organisation en stage : horaires, tenue vestimentaire, présence, obligations diverses.

  • L’établissement d’une convention de stage

La convention est établie pour les stages organisés en dehors de l’établissement sur lequel est implanté l’IFSI.

Elle est tripartite. Elle est signée par l’établissement d’enseignement, l’établissement d’accueil et l’étudiant.

Elle précise les conditions d’accueil dans un stage précis et les engagements de chaque partie. Elle note la durée du stage et précise les modalités de son évaluation et de sa validation dans la formation du stagiaire.

  • La validation du parcours de formation

L’évaluation des connaissances et des compétences permet la validation des acquisitions de l’étudiant.

Elle est réalisée par un contrôle continu et régulier et des périodes d’examens au cours du cursus de formation théorique et clinique. Les formes et les contenus sont en adéquation avec les principes pédagogiques.

Les référentiels

Le référentiel d’activités définit 9 activités essentielles

- Observation et recueil de données cliniques

- Soins de confort et de bien être

- Information et éducation de la personne, de son entourage et d’un groupe de personnes

- Surveillance de l’évolution de l’état de santé des personnes

- Soins et activités à visée diagnostique ou thérapeutique

- Coordination et organisation des activités et des soins

- Contrôle et gestion des matériels, dispositifs médicaux et produits

- Formation et information de nouveaux personnels et de stagiaires

- Veille professionnelle et recherche.

Le référentiel de compétences définit 10 compétences
  • 5 compétences cœur de métier :

- Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine infirmier

- Concevoir et conduire un projet de soins infirmiers

- Accompagner une personne dans la réalisation de ses soins quotidiens

- Mettre en œuvre des actions à visée diagnostique et thérapeutique

- Initier et mettre en œuvre des soins éducatifs et préventifs.

  • 5 compétences transverses communes à certaines professions paramédicales et devant être validées pour le métier d’infirmier :

- Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins

- Analyser la qualité des soins et améliorer sa pratique professionnelle

- Rechercher et traiter des données professionnelles et scientifiques

- Organiser et coordonner des interventions soignantes

- Informer et former des professionnels et des personnes en formation.

Le référentiel de formation

Il décrit les grands principes de l’organisation de la formation.

Ø Les finalités de la formation

Il est intéressant de noter que les finalités de la formation visent à développer davantage la professionnalisation du parcours de l’étudiant dans la perspective de devenir un praticien autonome, responsable et réflexif.

Ce qui devrait l’aider à se situer de façon plus juste dans ses relations aux autres et acquérir une éthique professionnelle.

Il aura la capacité de mobiliser des ressources pour construire progressivement son capital de Compétences et de Savoirs afin d’élaborer son projet professionnel.

Ø Les principes pédagogiques

Les principes pédagogiques mettent l’accent sur l’acquisition des compétences. Il s’agit de former des professionnels capables de s’adapter à des environnements nouveaux, de faire face à des situations variées et dans des délais assez courts.

Le référentiel de formation envisage l’acquisition des Savoirs et des Savoirs - faire autour et à partir de situations professionnelles.

L’étude de ces situations s’élabore dans une logique d’apprentissage qui associe trois dimensions :

  • Comprendre les situations pour…
  • Agir en situation et …
  • Transposer dans des situations nouvelles.

Elles s’organisent dans une dynamique d’alternance de type intégratifformateurs et tuteurs de stages coopèrent pour accompagner l’acquisition de connaissances et le développement des compétences.

La validation des stages portera sur la mise en œuvre des compétences dans des situations professionnelles.

Le dispositif de formation se déroule sur des périodes d’alternance entre des temps IFSI et des temps sur les lieux de stages

Ø La durée de la formation

La durée de la formation est de trois années, soit 6 semestres de 20 semaines chacun, pour un total de 4200 heures. Elles se répartissent entre :

  • La Formation Théorique : 2100 heures, dont 750 heures de Cours Magistraux, 1050 heures de Travaux Dirigés, 300 heures de Travail Personnel Accompagné
  • La Formation Clinique : 2100 heures.

Si le volume global a diminué, il n’en demeure pas moins que la durée moyenne par semaine est toujours de 35h.

La réflexion ne se limite pas seulement à quantifier le nombre d’heures mais à raisonner en charge de travail pour l’étudiant.

  • Les caractéristiques de la formation

A chaque unité d’enseignement et chaque stage clinique est affectée une valeur en crédits européens : ECTS, représentant la charge de travail pour l’étudiant.

La charge de travail de l’étudiant a été évaluée à 25 heures pour un crédit d’enseignement réalisé à l’IFSI et 35 heures pour l’enseignement en stage.

Le Diplôme sanctionne un niveau validé par l’obtention de 180 ECTS. Ils se répartissent à hauteur de 30 ECTS par semestre de formation.

L'arrêté du 31 juillet 2009

Il est conçu en trois grands titres :

  • Titre 1er : Accès à la formation
  • Titre 2 : Dispense de scolarité
  • Titre 3 : Formation et certification

Dans ce dernier titre sont développées de façon plus spécifique les modalités d’obtention du Diplôme d’Etat ainsi que les mesures à mettre en œuvre pour accompagner la validation du dispositif :

  • Commission d’attribution des ECTS, dont feront partie un ou plusieurs représentants des tuteurs de stages et un ou plusieurs représentants de l’enseignement universitaire
  • Jury régional d’attribution du Diplôme d’Etat, dont feront partie un enseignant chercheur participant à la formation et deux IDE ayant participé à l’évaluation des étudiants et en exercice depuis au moins 3 ans.

La réforme des études s’organise donc autour des textes suivants :

- le référentiel d’activités annexe I

- le référentiel de compétences annexe II

- le référentiel de formation annexe III

- la maquette de formation annexe IV

- les Unités d’Enseignement annexe V

- le portfolio annexe VI

- le dossier d’évaluation annexe VII

Haut de page